Breizhangel's & Chouchous

series télés, personnages tv et acteurs...
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 chapitre 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nat
Admin
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 49
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: chapitre 3   Mer 14 Mar - 20:25

chapitre 3

Les retrouvailles


Le lendemain matin au motel

Il était plus que temps que l’on parte pour le JAG avec les filles, l’heure tournait et mon rendez-vous approchait mais Marji ne semblait pas s’en inquiéter outre mesure. En effet elle en était à la sixième robe essayée depuis le matin ! Aucune ne lui convenait : trop extravagante, trop classique, pas assez provocante … Soize, agacée par tant de chichi pour un homme, était partie vérifier l’état de la 4L qui faisait des bruits bizarres selon elle. Moi j’avais déjà pris place à l’arrière du véhicule, le cœur serré et les mains moites, je câlinais ma peluche marsu préférée pour ne pas céder au stress. Une fois prête, Caline, trop pressée d’aller- ENFIN- retrouver le Capitaine Rabb, attrapa Marji par une main, Tigrette par l’autre et les traîna jusqu’à la voiture.
C’est ainsi que nous commençâmes notre quête du JAG. Selon Bosley, notre motel, même s’il n’était pas luxueux, avait l’avantage de se trouver à dix minutes à peine du bureau. Une demi heure plus tard, c’est une Soize passablement énervée qui trouva l’enceinte du JAG, Tigrette la copilote, était plus intéressée à fignoler son maquillage que de lui indiquer le chemin à prendre. J’avais déjà cinq minutes de retard pour mon rendez-vous et la seule chose que me serinait Caline était qu’une femme doit toujours faire attendre un homme. La 4L finit par trouver une place sur le parking, et notre petite troupe se dirigea au pas de course vers l’entrée du bâtiment. Marji fût obligée d’empoigner Tigrette et de la faire avancer, celle-ci s’arrêtant devant chaque voiture en commentant :
« Oh …. Mais c’est celle là la voiture du Capitaine Rabb, non ? Ou peut être bien celle-ci …. »

Soize, dans un américain parfait, demanda le chemin à un jeune militaire qui nous indiqua l’étage. Une fois les portes de l’ascenseur fermées, la panique m’envahit :
« Je n’y arriverai jamais, je n’y arriverai jamais … »
« Ne t’inquiète pas, s’il te demande quelque chose et que tu ne comprends pas, fais lui ton plus beau sourire et un clin d’œil complice » me dit gentiment Caline, croyant me venir en aide. Dans un sursaut de lucidité Tigrette intervint :
« Caline ! C’est sérieux. Allez Samh, courage, et pense au cadeau que tu lui as acheté »
Un sourire se dessina sur mes lèvres, soudain, j’appréhendais moins mon stage.

Une fois à l’étage, et après m’avoir souhaité bonne chance, Soize s’écarta du groupe pour aller évacuer une envie pressante. A peine arrivée sur le plateau, une jeune femme aux cheveux bruns nous accueillit :
« Bonjour Mesdames, que puis-je faire pour vous ? »
« Le bureau du capitaine Harmon Rabb junior s’il vous plait » lui dit fièrement Marji.
La jeune femme nous indiqua à quelle porte aller frapper, puis nous laissa pour vaquer à ses occupations.

Arrivée devant la porte, mes trois amies se jetèrent un dernier regard pour vérifier qu’elles étaient « on the top » tandis que j’étais au bord de la syncope. Caline, n’y tenant plus, frappa à la porte. Sans attendre une voix chaude et masculine répondit : « Entrez »
Tigrette fût la première à pénétrer dans le bureau. Revoir ce beau pilote la laissa sans voix et surtout sans jambes, et c’est Marji qui dut la pousser pour entrer à son tour. Je pénétrai en dernier et découvris l’objet des multiples fantasmes de mes camarades. L’homme avait la quarantaine mais la portait très bien, un regard d’enfant espiègle... et surtout, quand il sourit à mes copines, je crûs défaillir. Il rompit finalement le silence :
« Oh ! Marji, Caline, Tigrette. Waouh ! Ca fait longtemps, non ? »
Elles répondirent à l’unisson un :
« Bonjour capitaine Rabb » et Caline ajouta :
« Ca fait six mois et un jour. »
« Je ne pensais pas du tout à vous … à vrai dire, j’attendais la visite d’une stagiaire » leur dit il.
Caline s’écartant, me poussa un peu en avant, voyant que je n’arrivais pas à ouvrir la bouche, Marji me vint en aide :
« La voici votre jeune stagiaire Harm, Samh. Fortement recommandée par nous même. »
Harm me dévisagea et ajouta d’un ton enjoué :
« Bienvenue au JAG Samh, je suis sûr que votre stage va très bien se passer si vous m’êtes recommandée par Tigrette, Caline et Marji. »
En prononçant ces trois prénoms il avait eu un regard lointain. Je songeai qu’il faudrait, une fois de retour au motel, que je demande aux filles ce qui s’était vraiment passé six mois plus tôt.


Au même moment, un peu plus loin dans le JAG

Soize entra sur le plateau du JAG pensant y voir ses amies mais aucune traces d’elles. « Pff j’aurai mieux fait de me retenir, ou vais-je pouvoir les retrouver moi maintenant ? » Soize erra dans les allées, entre les bureaux, personne ne semblait faire attention à elle, et elle n’osait pas les interrompre pour leur demander le bureau du capitaine … capitaine … « Si tu ne sais même plus qui tu cherches. » Elle finit par se retrouver devant une porte : « Il doit bien être par là … ce nom … oui ça doit être ça. » et elle frappa à la porte.
Un puisant et vigoureux « Entrez » se fit aussitôt entendre. Soize se félicita : elle devait avoir trouvé le bon bureau et cet homme avait déjà un timbre de voix qui lui plaisait. Ouvrant la porte, elle se retrouva dans une immense pièce, et l’homme qui se tenait derrière un bureau, semble t’il en acajou, la fixait avec étonnement. Un étonnement semblable à celui de Soize.
Elle se morigéna intérieurement « J’ai l’air maligne maintenant. » L’homme finit par rompre le silence :
« Vous êtes ? »
« Euh … Soize monsieur. »
« Et bien Soize, prenez un siège et expliquez moi ce qu’une jeune femme à l’accent français fait au bureau du JAG » lui dit-il sur un ton plus proche de l’amusement que du reproche.
Soize commença à le dévisager, l’homme devant elle avait une prestance qu’elle n’avait que rarement vue, il était assez dégarni, son regard était troublant. Un charme et un charisme se dégageaient de lui, elle n’avait sans doute pas trouvé le capitaine qu’elle cherchait, mais le spécimen qui se trouvait en face d’elle valait vraiment le coup d’œil. Posant ses yeux sur le bureau elle put lire « Amiral AJ Chegwidden » « Oh bravo ! Songea t’elle, il a fallu que j’aille frapper à la porte du boss ! Pour une entrée, c’est une entrée remarquée que je fais. »
Se rappelant qu’elle n’avait toujours pas répondu à la question de son interlocuteur :
« Je suis effectivement française. En fait je suis à la recherche de Samh … » Et réalisant l’absurdité de sa réponse elle ajouta :
« Samh c’est, … la nouvelle stagiaire d’un capitaine qui travaille ici, dont je ne me souviens plus le nom. J’accompagnais mon amie. »
L’amiral lui sourit, puis en se levant dit :
« Venez, nous allons enquêter pour retrouver votre amie et le nom du mystérieux capitaine. »
En sortant ils trouvèrent Jen Coates qui venait de regagner son poste, et l’amiral obtint la réponse qu’il voulait :
« Oui monsieur, des jeunes femmes sont venues pour le capitaine Rabb. »
« Des ??? » répondit AJ. Soize lui fit un sourire gêné :
« Oui, nous sommes un comité de soutien … »


A travers la porte, Soize entendait un rire masculin se mêler à ceux de ses amies « C’est bon, Samh doit aller mieux s’ils rigolent déjà. Quand elles vont voir la petite merveille que j’ai dégotée dans le bureau du fond, elles vont être vertes de jalousie ! » L’amiral ouvrit la porte et laissa passer sa compagne qui se bloqua à la vue du fameux capitaine. Si l’homme idéal existait vraiment, il était incarné sous ses yeux ! L’amiral devenait bien terne à son goût. Celui-ci lui emboîta le pas. Quand Harm vit son supérieur, il cacha le plus rapidement possible ce qu’il tenait dans les mains derrière son dos et se mit au garde à vous.
« Repos Capitaine, je vous laisse faire les présentations » Lorsqu’Harm en arriva à me présenter, l’amiral remarqua que j’étais rouge écarlate et se doutant qu’il y avait un rapport avec ce que le capitaine cachait derrière lui ajouta :
« Qu’avez-vous dans votre dos capitaine ? » Celui-ci rougit et montra ce qu’il cachait.


Cinq minutes plus tôt, bureau du capitaine Rabb
Les retrouvailles faites, la discussion commença et je me sentis plus à l’aise. Mes amies avaient raison, le capitaine était le charme incarné, et d’une gentillesse … Sortant de mes pensées j’entendis Tigrette chanter à Harm mes louanges :
« Si, si, Samh sera une très bonne stagiaire, attentive, concentrée, consciencieuse … elle se prépare depuis longtemps à ce stage. Elle vous a même acheté un cadeau, n’est ce pas Samh ? » Marji me fit du coude tout en me disant en français :
« Samh, sors ton cadeau, c’est le moment de lui donner. »
« Elle l’a tellement bien gardé et protégé que nous n’avons pas eu droit de savoir quel était ce trésor qu’elle vous amène de France » ajouta Caline.
Je tendis à Harm un beau paquet tout enrubanné.
« Merci beaucoup Samh, il ne fallait pas. »
« Oh ce n’est rien, juste un petit cadeau »
Harm défit l’emballage et pâlit pour ensuite rougir. De là où elles étaient, les filles ne pouvaient pas voir ce qu’il avait trouvé, alors Marji ajouta :
« Harm, le cadeau vous plait ? »
« Et bien je n’ai pas l’habitude de recevoir de tels présents, mais merci Samh » répondit-il gêné.
« Je voulais vous offrir un cadeau particulier, et la petite bête représentée est particulière pour moi » lui répondis-je.
Caline songea à la phrase de Soize la veille, à l’aéroport et pensa : « Et si Soize ! elle a osé lui offrir un marsu. » Marji ajouta : « Faites nous voir »
Harm brandit un caleçon noir à l’effigie du marsupilami. Tigrette se mit à hurler : « Samh ! Tu as osé ! » Instantanément je virai au rouge et balbutiai : « non … non … je ne … » ne trouvant pas mes mots.
Caline fit un grand sourire et me vint en aide en prenant la parole :
« Il est merveilleux ce caleçon … il vous ira comme un gant, bon il va peut être être un peu petit, vous n’y logerez … » Elle n’eut pas le temps de finir que Marji et Tigrette la fusillaient du regard « Caline ! »
Harm savait de moins en moins où se mettre et commença à penser que ce stage n’allait pas être de tout repos ! Ayant enfin retrouvé l’usage de la parole j’intervins :
« Je suis sincèrement désolée capitaine. Je ne … Ce n’était pas le cadeau qui vous était destiné. Je n’aurai jamais osé, en fait je vous avais acheté un tee-shirt avec le marsu. J’ai du l’égarer, et emballer le mauvais. »
« Ce n’est pas grave Samh, et merci quand même »
Nous partîmes tous dans un fou rire quand la porte s’ouvrit sur Soize accompagnée de l’amiral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://breizhangels.easyforumpro.com
 
chapitre 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breizhangel's & Chouchous :: les Harm's angels ...le retour :: nos aventures ...chapitres 1 à 8-
Sauter vers: